Le Pilatus PC-12, le monomoteur à hélice pour les pistes courtes

Le Pilatus PC-12 NG au-dessus d'une mer de nuages
Le Pilatus PC-12 NG au-dessus d'une mer de nuages

Coup de tonnerre au Salon du Bourget en 2013 : la DGAC (Direction Générale de l'Aviation Civile) autorise, pour la première fois en Europe, une compagnie d'aviation d'affaires à opérer des vols commerciaux sur des avions monomoteurs. Jusqu'à maintenant, la règle se résumait à : « 2 pilotes, 2 moteurs ». Le premier avion à avoir convaincu les autorités pour sa fiabilité exceptionnelle est le TBM850 de Daher-Socata. Trois ans plus tard, c'est au tour du fameux PC-12 suisse de Pilatus de pouvoir faire des vols commerciaux avec cette même compagnie. Cette décision de la DGAC française est étendue à toute l'Europe par l'EASA en mars 2017. Aujourd'hui, il est possible de voler en TP (Transport Public) avec plusieurs PC-12 opérés par différentes compagnies mais la majorité des PC-12 continue de voler en privé.

La porte cargo du Pilatus PC-12 NG est très pratique pour les avions sanitaires.
La porte cargo du Pilatus PC-12 NG est très pratique pour les avions sanitaires.

Le succès du Pilatus PC-12 remonte bien avant cette autorisation attendue depuis plus de dix ans. Le modèle a été lancé en 1991 et plus de 1500 exemplaires ont déjà été livrés. Pour du vol privé uniquement dans un premier temps. Sa cabine a une hauteur de 1m45 et peut accueillir de six à neuf passagers. Il a pour caractéristiques principales de pouvoir accéder à des pistes courtes et non revêtues et d'avoir une grande porte cargo permettant l'embarquement de fret, de marchandise, d'une moto, de vélos ou de plusieurs brancards. La mise à bord est facilitée par un plancher plat, une vraie différence avec d'autres avions aux cabines comparables. Sans oublier une autonomie de près de 5 heures et un point fort écologique : une consommation inférieure à celle des jets. Ces atouts ont séduit de nombreuses organisations, armées et compagnies d'avions ambulance. Depuis sa mise à jour de 2010, l'avion est rebaptisé PC-12 NG.

La cabine spacieuse du Pilatus PC-12 NG
La cabine spacieuse du Pilatus PC-12 NG

L'impossibilité de faire du vol commercial classique peut être contournée en proposant cet avion en propriété partagée entre plusieurs propriétaires. Le coût d'acquisition d'un huitième de PC-12 est de l'ordre de 600.000 dollars hors TVA auxquels il faut ajouter les frais de gestion et les frais variables. En procédant ainsi le vol privé devient possible et il n'est plus obligatoire d'appliquer les marges de sécurité du vol commercial, en particulier celle qui impose à un jet de pouvoir s'arrêter sur 60% de la longueur de la piste. La possibilité d'utiliser la totalité de la longueur de la piste sans marge de sécurité et les belles performances à l'atterrissage permettent au PC-12 d'accéder à près de trois fois plus de terrains d'atterrissage en Europe qu'un avion d'affaires classique. Pouvoir atterrir sur des pistes courtes comme celles de St Tropez, Courchevel ou Quiberon, c'est le plus gros point fort du PC-12.

Les points faibles du PC-12 ? Principalement sa lenteur. Plus la destination est lointaine, plus les temps de vol semblent interminables. De plus, comme la cabine est moins silencieuse et moins bien pressurisée que d'autres avions d'affaires, les vols longs ne seront pas de tout repos. Sa grande autonomie permet à un PC-12 de faire un vol direct entre Paris et Marrakech mais le voyage durera près de cinq heures, soit plus d'une heure et demie en plus qu'avec un jet comme le Phenom 300 ou le Citation XLS+. Le PC-12 n'est donc clairement pas recommandé pour les vols passagers trop longs.

S. D.

Pilatus PC-24

Écrire commentaire

Commentaires: 0

N'hésitez pas à nous contacter pour toute demande d'information ou de cotation.

Do not hesitate to contact us if you need any information or for a price request.

 

Jet Solidaire - 6, rue Duret - 75116 Paris

E-mail : info@jetsolidaire.com

Téléphone : +33 1 45 32 21 50

 

Inscription à notre newsletter (2 à 3 par an) :